Publications
Communiqués
REPRÉSENTER
MOBILISER
SOUTENIR

L'industrie alimentaire biologique canadienne est menacée : le gouvernement doit financer la révision de la norme

La Fédération de l’UPA de la Montérégie, qui représente 285 producteurs biologiques de la région, demande au gouvernement canadien de soutenir l’industrie biologique canadienne en établissant un plan de financement pluriannuel pour maintenir le Régime biologique du Canada.

La force de notre marché biologique résulte du Règlement sur les produits biologiques (RPB). Il exige la certification de conformité pour tous les produits agricoles étiquetés avec la mention « biologique » sur les marchés interprovinciaux, d’importation et d’exportation.

Grâce à notre système réglementaire rigoureux, l’appellation biologique canadienne est fiable : nous pouvons accroître notre production biologique, établir des ententes d’équivalence avec nos partenaires internationaux et exporter des produits certifiés biologiques à travers le monde, incluant l’Asie, un marché en croissance offrant d’immenses occasions aux producteurs agricoles.

Il y a une faille dans le système canadien : aucune stratégie n’est déployée pour financer la révision de la Norme biologique canadienne.

La Norme biologique doit obligatoirement être révisée tous les cinq ans. Les juridictions qui nous concurrencent (les États-Unis et l’Union européenne) sur les marchés internationaux et à l’importation, financent le maintien de leurs normes biologiques respectives. Le Canada n’a jamais offert un soutien comparable.

La Norme biologique canadienne est la propriété de l’Office des normes générales du Canada (ONGC), une agence gouvernementale de développement de normes nationales; or l’ONGC devra archiver la Norme biologique canadienne si elle n’est pas révisée avant novembre 2020. Les frais de la révision s’élevaient à 1, 000,000 $ lors de la dernière révision (2013-2015).

Le Comité permanent de l’agriculture et de l’agroalimentaire a récemment recommandé de soutenir le secteur biologique, et il importe que cette recommandation soit mise en œuvre afin de moderniser l’agriculture biologique et se conformer aux exigences de révision de l’ONGC.

Le marché biologique canadien en chiffres

  • Recettes annuelles de 4,7 G$

  • 5ièmeplus grand au monde

  • Croissance de 27 % depuis 2013

  • 56 % des Canadiens achètent des aliments biologiques chaque semaine

  • La demande pour les aliments biologiques progresse de 16 % par année

 


Pièces jointes

Lettre ouverte aux médias