Publications
Communiqués
REPRÉSENTER
MOBILISER
SOUTENIR

Nouvelle saison de sirop d'érable en Montérégie-Est

La nouvelle saison de sirop d’érable commencera d’ici quelques jours en Montérégie-Est. « Il est difficile pour le moment de savoir si nous connaîtrons une production abondante, mais une chose est certaine, la production des dernières années l’a été. Nous sommes donc optimistes », a déclaré M. David Hall, président du Syndicat des producteurs acéricoles de la région de Saint-Hyacinthe. Dans les MRC de Pierre-De Saurel, des Maskoutains, d’Acton, de la Vallée-du-Richelieu, de Marguerite-D’Youville, de la Haute-Yamaska, de Brome-Missisquoi et de Rouville, 400 entreprises acéricoles possèdent du contingent et plus de 1,8 millions d’entailles.

Au Québec, en 2015, il s’est produit plus de 107 millions de livres de sirop, dont 7,2 millions de livres en Montérégie seulement où 561 entreprises possèdent du contingent. Avec un tel volume d’entailles, cela représente des retombées économiques pour la région de 2,1 M$. À cela s’ajoutent les revenus des cabanes à sucre et ceux des producteurs qui vendent directement à la ferme leur sirop aux consommateurs.

Avec la baisse de la valeur du dollar canadien, l’industrie acéricole estime que l’année 2016 pourrait être très bénéfique pour l’économie en général et l’ensemble des producteurs. Les produits de l’érable sont vendus dans 53 pays à travers le monde, dont principalement aux États-Unis. En 2014, plus de 63 % des exportations canadiennes de sirop étaient destinées à ce pays. Les deux autres principaux marchés d’exportation sont le Japon et l’Allemagne. L’Inde et l’Angleterre sont, quant à eux, des marchés en émergence pour le sirop d’érable. Pour répondre aux besoins du marché à court et à moyen termes, l’industrie acéricole, actuellement en croissance, doit attendre le feu vert de la Régie des marchés agricoles pour accroître le volume de production.

La mise en marché du sirop

La mise en marché du sirop d’érable québécois se fait par trois canaux. Le premier canal est la vente directe aux consommateurs en contenants de moins de cinq litres. Tous les producteurs, peu importe leur taille, détenant ou pas un contingent, peuvent utiliser sans limite ce canal de vente sans aucun contrôle de la Fédération des producteurs acéricoles du Québec (FPAQ). Le deuxième canal est celui de la vente aux intermédiaires, par exemple aux épiceries, toujours en contenants de moins de cinq litres. Tous les producteurs ayant du contingent peuvent utiliser ce canal et les ventes sont comptabilisées dans leur contingent annuel. Dans ce canal, la FPAQ n’intervient pas dans la fixation du prix. Le dernier canal est celui de la vente en vrac en contenants de cinq litres et plus. Les acériculteurs ont alors le choix de livrer leur sirop d’érable à l’un des quelque 60 acheteurs autorisés de la province ou à la FPAQ. La FPAQ et les acheteurs se sont entendus avant les Fêtes sur le prix du sirop d’érable livré en vrac pour la saison 2016.


Pièces jointes

Communiqué