Publications
Communiqués
REPRÉSENTER
MOBILISER
SOUTENIR

Élection 2014: Le développement de l'autoroute 30 devra se faire en harmonie avec l'agriculture

À l’aube des élections provinciales, la Fédération de l’UPA de la Montérégie réitère sa position sur le développement de l’autoroute 30. Même si aucun projet concret n’a été mis sur la table, la fédération recommande de respecter la vocation de transit de cet axe routier et de miser sur le redéveloppement de terrains  industriels et commerciaux existants, ou encore de miser sur la décontamination de sites industriels,  avant de mettre de l’avant des solutions qui ne respecteront pas la zone agricole.

 

En marge des élections, la fédération avait d’ailleurs invité les candidats de la Montérégie à un débat le 31 mars dernier. Lors de cet événement, la fédération a voulu tâter le pouls des candidats au sujet du développement de l’autoroute 30. « Les candidats présents étaient sensibilisés à la question de la protection de la zone agricole, a dit Christian St-Jacques, président de la Fédération de l’UPA de la Montérégie. Il faut être conscient que l’étalement urbain a un coût et des impacts sur les milieux adjacents. N’oublions pas que le Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD) de la Communauté urbaine de Montréal a comme objectif d’augmenter de 6 % les superficies en culture et que les projets de développement le long de l’autoroute 30 pourraient entraîner la disparition de sol propice à l’agriculture. »

 

M. St-Jacques estime qu’une vision concertée du développement devra primée afin d’assurer un développement économique harmonieux qui tienne compte aussi des orientations gouvernementales. D’ailleurs, la fédération avait déposé un mémoire en novembre dernier au comité interministériel chargé d’élaborer une vision stratégique du développement de l’autoroute 30. « Nous espérons que les prochaines étapes du gouvernement qui sera élu lundi prochain s’inspireront d’une démarche concertée, car la fédération entend rester vigilante au sujet du respect des terres agricoles », de conclure Christian St-Jacques.


Pièces jointes

Communiqué